Une récente étude de Sage révèle que 9,6 milliards d’euros sont en moyenne dépensés, chaque année, pour l’acquisition de logiciels de gestion, dont les entreprises n’en ont pas l’usage. De même, 88 % n’en exploitent pas tout le potentiel. Pour éviter ce retour sur investissement désastreux, voici 3 conseils destinés à faire les bons choix et optimiser l’exploitation du logiciel retenu.

Les utilisateurs au cœur du processus

Si près de la moitié des entreprises (44 %) pensent que l’utilisateur joue un rôle essentiel à chaque étape du processus d’achat d’un logiciel, ils restent cependant extrêmement peu sollicités dans les faits. Les responsables informatiques doivent impérativement travailler de concert avec les spécialistes internes et les utilisateurs finaux. Au-delà du Cloud, qui facilite la mise en œuvre de la solution, ces derniers devront également bénéficier d’une formation, pour utiliser pleinement tout le potentiel de l’outil retenu.

Simplicité et partage sont les maîtres mots

L’étude réalisée par l’entreprise Sage révèle que près de la moitié des entreprises interrogées (43 %) n’actualisent leurs logiciels que tous les 3 à 5 ans, voire pour certaines (15 %) tous les 5 à 7 ans. Une telle attitude entraîne aujourd’hui une véritable dichotomie entre les utilisateurs et l’outil. Aujourd’hui, si les nouvelles solutions informatiques sont simples à l’usage et prévoient le partage d’informations, via les réseaux sociaux, c’est parce qu’elles se basent sur les applications et fonctionnalités traditionnellement utilisées dans la sphère privée, qui contribuent grandement à faire adopter le logiciel aux utilisateurs.

Une solution aisément intégrable et évolutive

Au-delà des besoins grandissants d’une entreprise en pleine expansion, le logiciel Sage doit impérativement pouvoir correctement suivre les évolutions et s’intégrer aux solutions présentes dans l’entreprise. La gestion et l’enregistrement des données sont parmi les impératifs majeurs, pour une société qui s’appuie constamment sur ces éléments, afin de construire son futur. De même, la réussite du déploiement du logiciel, qui peut être apprécié en termes de disponibilité du service ou d’impact commercial, doit impérativement être mesurée au regard des objectifs poursuivis, pour garantir la croissance de l’entreprise.